J.Dunand, La joueuse de musique

JEAN DUNAND (1877-1942): Laqueur, Dinandier, Sculpteur d'origine suisse

Jean Dunand , La joueuse de musique, 53 x 77 cm.

La laque naturelle est le résultat d'une exsudation provoquée par incision sur les troncs d'arbres à laque qui poussent en Chine et au Japon. Cette résine va ensuite être filtrer avant de reposer plusieurs mois dans des paniers de bambous pour décante
Avec le temps, le produit se divise naturellement en couches de différentes densités. Chaque couche correspond à une laque de qualité différente. La couche du dessus, la plus fluide, donnant la qualité supérieure avec laquelle les maîtres laqueurs travailleront les dernières couches de leur œuvre.

L'opération du laquage consiste à enduire au pinceau le support en le recouvrant d'une couche de laque naturelle. Des pinceaux plats faits de cheveux de chinois étaient utilisés car ils n’étaient ni trop souples ni trop épais et ne traçais pas de « cordes » disgracieuses dans la laque.
Plusieurs couches de laque naturelle étaient appliquées sur le support, chacune séparées d’une durée de séchage de 5 à 6 jours afin de rendre la surface absolument plane et de pouvoir appliquer les laques décoratives. Cinq à six couches seront de nouveau nécessaires en utilisant des laques de qualité de plus en plus belle qui, à leur tour, devront durcir deux ou quatre jours chacune, tout en étant successivement poncées.
Une fois terminé, l'ensemble, ne mesure pas plus de quatre millimètres d’épaisseur et a été réalisé en six mois environ.

Il est intéressant de noter que ce panneau de Dunand a été réalisé en partie avec la technique de la « laque arrachée » qui s'obtient en appliquant sur de la laque fraîchement posée une spatule de bois qu'on appuie et qu'on soulève brusquement, provoquant ainsi par adhérence une granulation en vaguelettes qui est ensuite légèrement poncée.
Le travail de la laque, et celui de Dunand plus particulièrement, est remarquable par la profondeur de la matière et la transparence de l'oeuvre obtenue.